Une tueuse déguisée en infirmière au CHU de Libreville

La journée du samedi 11 Mai 2019 fut noir pour le personnel en service aux urgences du CHU de Libreville pour cause, une dame se serait déguisée en infirmière pour semble t’il commettre un meurtre.

 

L’information s’est répandue très rapidement sur les réseaux sociaux notamment à travers plusieurs notes vocales WhatsApp.

« Une dame au cheveux long à la peau légèrement métissée » se serait semble t’il rendue coupable d’un crime odieu envers un patient hospitalisé dans cette structure médicale.

Les faits : La victime aurait rompu sa relation secrète avec la tueuse après qu’il ait survécu à un Accident vasculaire cérébral (AVC), toute chose apparemment très mal digérée par cette dernière qui finalement décide de passer à l’acte. Une histoire pathétique cette mais composée tout de même de plusieurs séquences digne d’un feuilleton brésilien aux allures romantiques.

Des faits qui visiblement suscitent plusieurs interrogations aux quelles il faudra répondre.<<Comment cette dame déguisée en infirmière est-elle parvenue à entrer discrètement au service réanimation du Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL) ? >>

<< Aurait-elle beneficier de l’aide d’une quelconque personne interne du service ? >>

Cette dernière aurait semble t’il administré à l’aide d’une seringue une substance non encore révélée pour l’instant à ce patient qui luttait déjà assez pour sa survie.

Selon le témoignage d’une patiente présent sur place au moment du drame, la scène aurait eu lieu en présence de l’épouse du monsieur donc de la victime, qu’elle a « administré » à l’aide d’une seringue « le poison » qui l’a fait passer de vie à trépas.

C’est donc les mouvements brusques de convulsion de la victime qui ont attiré l’attention de l’épouse qui en voyant sortir la délinquante, l’a interpellé en lui demandant des explications sur sa présence. C’est seulement à ce moment que « la tueuse » a voulu prendre la fuite. Rattrapée et mise hors d’état de nuire, elle aurait été conduite à la police judiciaire.

Pour l’instant les responsables de Centre Hospitalier Universitaire de Libreville ne sont pas encore prononcer sur ce sujet qui alimente l’actualité.
Très attendue, une communication officielle du CHUL dans les prochaines heures certainement pour une meilleure lisibilité en attendant les conclusions de la justice.

Une chose est sûre ce feuilleton est loin d’être achevé !!!

 

Récit : Ryan NZIENGUI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *